Prendre contact
Lot VF 60 Mahamasina Nord – Antananarivo 101, Madagascar
craad.madagascar@gmail.com
Ph: +261 32 60 343 61

Envoyé spécial du Secrétaire général des Nations Unies pour le Sommet des systèmes alimentaires des Nations Unies de 2021

3 Mai 2021

Dr. Agnes Kalibata

Envoyé spécial du Secrétaire général des Nations Unies pour le Sommet des systèmes alimentaires des Nations Unies de 2021

Conditions préalables à l’engagement avec l’UNFSS

Cher Dr. Kalibata

AFSA prend acte de votre invitation du 17 septembre 2020 à faire partie du groupe des champions et à représenter la société civile africaine. Dans un premier temps, nous avons refusé, pour les raisons exposées ci-dessous. Toutefois, après mûre réflexion, nous, les 36 membres du réseau de l’AFSA soussignés, sommes parvenus à un consensus selon lequel nous serions prêts à nous engager auprès du Sommet des Nations Unies sur les systèmes alimentaires (UNFSS), prévu en septembre 2021 à New York, aux États-Unis, à condition que l’UNFSS accepte les conditions énoncées ci-dessous.

 

C’est avec un profond espoir et un énorme optimisme qu’AFSA a accueilli l’annonce du Secrétaire général des Nations Unies de convoquer le Sommet mondial des systèmes alimentaires en 2021. L’agenda de transformation des systèmes alimentaires n’a que trop tardé, et de nombreux mouvements sociaux et acteurs de la société civile, en Afrique et dans le monde, se sont battus pour une transformation systémique et structurelle des systèmes alimentaires, soulignant le besoin urgent d’un changement radical de l’agriculture industrielle basée sur les combustibles fossiles et les monopoles corporatifs de l’alimentation et de l’agriculture vers la souveraineté alimentaire et l’agroécologie.

 

Cependant, notre véritable espoir d’un sommet dynamique, inclusif et démocratique sur la transformation des systèmes alimentaires a été constamment érodé. Ci-dessous, nous exposons les raisons qui ont poussé l’AFSA à refuser officiellement l’invitation et à fixer des conditions pour s’engager dans le sommet de l’UNFSS.

 

L’agriculture industrielle est un facteur clé de la perte de biodiversité et un contributeur important aux émissions de carbone. En outre, comme l’illustre l’étude COVID-19, il existe des interactions complexes entre la déforestation, la réduction de la diversité biologique, la destruction des écosystèmes et la santé et la sécurité humaines, en grande partie dues aux systèmes agricoles et alimentaires mondialisés. L’exposition aux agents pathogènes existants et émergents, alors que la destruction des écosystèmes se poursuit et que les barrières de protection essentielles fournies par la nature sont brisées, constitue une menace considérable pour la santé publique.

Les liens inextricables entre le changement climatique, la déforestation et l’agriculture industrielle – un mécanisme essentiel de l’extractivisme agraire et du développement extractiviste – sont à l’origine de l’instabilité sociale et politique et de l’insécurité alimentaire sur le continent, qui alimentent les crises systémiques et existentielles auxquelles nous sommes confrontés à l’échelle mondiale.


Les interventions de développement menées jusqu’à présent ont renforcé et continuent de renforcer l’endettement, les inégalités et l’exclusion sociale. Elles accentuent la dépendance à l’égard de projets destructeurs, à courte vue et de courte durée, à forte intensité de combustibles fossiles et de capitaux, et des chaînes de valeur agricoles et forestières mondiales, qui contribuent tous à créer les conditions d’une extrême vulnérabilité aux chocs, y compris, mais sans s’y limiter, la pandémie de COVID-19.


L’urbanisation rapide et non planifiée, avec le déplacement consécutif de la main-d’oeuvre d’emplois essentiellement alimentaires vers des emplois non alimentaires, et l’augmentation de la classe moyenne africaine, affecte l’utilisation des terres rurales et modifie nos systèmes alimentaires. L’érosion rapide de la culture africaine coïncide avec la dégradation de nos sols, qui devient un problème majeur affectant les moyens de subsistance de nombreuses personnes, tandis que le secteur croissant de la vente au détail et des supermarchés détruit et déplace les systèmes alimentaires locaux et les marchés locaux.

 

Lire la suite: AFSA statement on UNFSSS FR (PDF)

We use cookies to give you the best experience.